samedi 12 janvier 2013

Ce qu'il nous faudra retenir de 2012 ...


Pour moi le plus important cette année aura été, entre autres, le lancement de ce blog, prenant et passionnant, poussé par de nombreux amis blogueurs eux aussi. Avant de découvrir ma rétrospective de 2012, je tenais à souhaiter, à tous mes fidèles lecteurs, commentateurs ou non, une très belle année 2013, de la santé et du succès dans tout ce que vous entreprendrez, ainsi que de belles découvertes parfumées.
J'espère vous intéresser, vous informer et vous divertir encore, au fil de mes posts, pendant toute cette nouvelle année, et j'espère vous parler, très bientôt, d'un projet qui me tient tout particulièrement à cœur, mis en place avec d'autres amateurs de parfum.  
Mais en attendant, je vous propose un flash-back sur le bon et le moins bon de 2012 :



~ ~ ~ Parfumeurs chevaliers ~ ~ ~
En 2011, la parfumeuse Sylvie Jourdet recevait la légion d'honneur. Mais un réel début de reconnaissance arrive en janvier dernier : le Ministère de la Culture nommait "Chevaliers des Arts et des Lettres" non pas un mais cinq parfumeurs, pour la première fois. Ainsi décorés, François Caron (Takasago), Daniela Andrier (Givaudan), Maurice Roucel (Symrise), Olivier Cresp (Fiermenich) et Dominique Ropion (IFF) incarnent la parfumerie au rang d'art. Espérons que ça ne s'arrête pas là, et imaginons même dans quelques années, pourquoi pas, l'inscription de la Parfumerie à la liste du Patrimoine Mondial de l'Humanité !

(source : olfactorum.blogspot.fr)


~ ~ ~ Musc Tonkin ~ ~ ~
Marc-Antoine Corticchiato signe, ici, une très belles sortie - d'ailleurs l'une des plus belles de 2012, pour moi - qui se place immédiatement parmi ses œuvres majeures, aux côtés d'Azemour. En inconditionnel du musc, on pourrait croire que mon jugement a été quelque peu faussé, alors qu'en fait pas du tout... Musc Tonkin est en aucun cas un musc au sens propre. Comme je le dis dans l'article dédié, en mêlant des tonalités vintages, cuirées, florales, alcoolisées presque madérisées, légèrement aldéhydées à des effets épicés et salés modernes, il est bien plus qu'un solinote musc !
Comme toujours chez Marc Antoine, les équilibres des accords ne tiennent qu'à un fil, à la limite parfois entre le chef d’œuvre et la fausse note.
Pensez à vite aller le sentir si vous penser qu'il puisse vous plaire, car cet extrait de parfum n'est disponible qu'en 1000 exemplaires.



 ~ ~ ~ Jovoy change de locaux ~ ~ ~
La plus grande et populaire parfumerie de niche de la capitale a quitté ses locaux de la rue Casanova pour s'installer, guère plus loin, au 4 rue de Castiglione dans un vaste espace chaleureux et convivial, moderne et vintage, où toujours plus de marques confidentielles se côtoient et où vous accueilleront toujours avec autant de plaisir François Hénin et toute son équipe.
Un lieu de rendez-vous inévitable d'un bon nombre de blogueurs et de passionnés. Au plaisir de vous y retrouver donc, au détour d'une mouillette ou d'un flacon !
www.jovoyparis.com

source : Jovoy Paris


~ ~ ~ Patou, un nouveau départ ~ ~ ~
Voisine de Jovoy - juste de l'autre côté de la rue de Castiglione - la maison Patou s'est tout juste émancipée du grand lessivier Procter & Gamble. Avec à son bord Thomas Fontaine, un tout nouveau parfumeur maison passionné et à qui l'on souhaite bien du courage, la marque nous a annoncé, au mois de Juin, la réédition des grands classiques qui ont fait la renommée de la maison, comme Chaldée par exemple. S'en suivront peut être, qui sait, Vacances, Que sais-je ?, l'Eau de Patou, Adieu Sagesse... ?
La réédition de parfums disparus est une chose bien délicate. Mais quelle excellente nouvelle quand on a eu la chance de découvrir ces magnifiques parfums historiques dans leur version vintage. Attention, les aficionados seront aux aguets !



~ ~ ~ Nouvelles rumeurs de législations ~ ~ ~
Une nouvelle fois s'abat sur le monde de la parfumerie des rumeurs alarmantes de réglementations, voire d'interdictions, qui toucheraient des molécules couramment utilisées dans plus de 80% des parfums ; comme par exemple la vanilline, ou bien des molécules entrant dans la composition des essences de rose et de jasmin et qui pourraient bien mettre en péril ces matières utilisées depuis des millénaires en parfumerie... Encore une fois, des craintes absurdes venant de gens mal informés s'alarmant d'une petite allergie à un cosmétique, alors qu'ils fument un paquet de cigarette par jour et consomment que du bio, parce que le bio c'est bon, et le parfum c'est pas bio donc cancérigène, pourraient bien mettre en péril les parfums les plus anciens comme les plus modernes, et réduire considérablement la palette des parfumeurs au point de leur laisser un avenir flou, brumeux et pas très excitant.
Mais il semblerait toutefois que certains parfumeurs s'indignent de plus en plus de ces menaces qui pèsent sur leur métier, et il se pourrait qu'ils envisagent (on l'espère !) d'éventuellement entrer en guerre contre l'IFRA, le REACh et ce principe de précaution absurde.
Aux armes parfumeurs, et faites nous rêver, "FUCK IFRA" comme dirait Madonna !


~ ~ ~ Reformulation de Musc Ravageur ~ ~ ~
En se penchant sur les Editions de Parfums Frédéric Malle, on est sûr de trouver des fragrances soignées, abouties, à contre courant de tout ce qui se fait, de qualité exceptionnelle... mais malheureusement pas exemptées des restrictions en vigueur, et donc des risques de reformulations. Et le premier de la gamme à avoir souffert est Musc Ravageur, mon précieux et bien aimé Musc Ravageur. Je le connais bien, je le porte, et même si cette reformulation n'est qu'une constatation personnelle, je pense qu'elle est bien réelle, malheureusement !
Cette retouche aura certainement été nécessaire suite aux réglementations sur la cannelle, le clou de giroffle et probablement les muscs. Le résultat est un Musc Ravageur toujours identifiable, mais bien faiblard, aux épices en sourdine, et où prédominent maintenant la coumarine, la vanille et l'héliotrope. Un musc moins diffusif, moins dense et moins gras... bref, qui a perdu tout son caractère ravageur. Quand les plus grandes fragrances s'inclinent devant la bêtise de directives qui mettent en péril tout un pan de la culture française et de l'Histoire, ça donne ça : Musc Ravagé.
Adeptes de Musc Ravageur, ruez-vous dans les petites parfumeries de niche qui distribuent Frédéric Malle pour dénicher les derniers flacons de la version initiale encore en stock.


------------------
Dans les reformulations désastreuses de 2012, on réservera tout de même une mention spéciale à Interparfums qui vient de signer "un accord mondial de licence pour la création, la fabrication et la distribution des parfums sous la marque Balmain pour une durée de douze ans à effet au 1er janvier 2012" (source : interparfums.fr) et qui, pour fêter cela, a décidé de reformuler Ivoire par un magnifique tour de passe-passe qui consiste à passer d'un aldéhydé vert à un chypre fruité délavé et sans personnalité. Et ils pensaient que ça allait passer inaperçu ? Honteux !
Peut être l'une des pires reformulation de tous les temps ; même LVMH n'avait pas été jusque là (alors que l'imposture de Miss Dior Chérie à la place de Miss Dior était déjà d'un level plutôt élevé) !


~ ~ ~ Ouverture du Bistro de la Beauté ~ ~ ~
Originaire de la région Annécienne, je n'ai pu qu'être fou de joie à l'idée de voir s'ouvrir une parfumerie de niche digne de ce nom dans la plus belle ville des Alpes (et l'une des plus belle de France, avouons-le !). Le Bistro de la Beauté, c'est son petit nom, est une petite boutique conviviale où l'on prend son temps en papotant avec Valérie, la maitresse des lieux, très professionnelle et accueillante, autour de verres remplis de parfums. Si vous lui rendez visite, elle vous présentera des marques de niche auparavant très difficiles, voire impossibles à trouver dans la région : The Different Company, Diptyque, les Editions de Parfums Frédéric Malle, les parfums By Terry et tout récemment, fraichement arrivés, Parfum d'Empire.
Je souhaite un grand succès à cette boutique très prometteuse, et une excellente année 2013 à Valérie et Rémi qui vous accueilleront toujours avec un sourire radieux !

Le Bistro de la Beauté (source : beauté-addict.com)



~ ~ ~ Madonna vs. Gaga ~ ~ ~
 L'une sort "Truth or Dare", l'autre "Fame". Un blanc, un noir. Le premier est une tubéreuse caliente et caramélisée, les seins en avant, la langue au coin des lèvre et au regard de garce, le second un jus de fraise où se dissout une tablette de lessive, arrosé d'une rasade d'assouplissant. L'un s’annonçait déjà comme un bel hommage à Fracas tandis que l'autre, suite à un habile coup médiatique, promettait de renfermer des notes de sang et de sperme.
 Madonna 1 - 0 Gaga
Fame vs. Truth or Dare


~ ~ ~ Nose ~ ~ ~
"Wouaaaaaahhhhhh, c'est trop swag de choisir son parfum sur iPad !"
Nouvelle parfumerie, nouveau concept, mais des marques bien connues : Diptyque, l'Artisan Parfumeur, Heeley, Juliette Has a Gun (Romano Ricci étant l'un des fondateurs de la boutique), By Kilian, Miller Harris...
Le lieu est, tout comme le concept, placé sous le signe de la modernité : de la musique un peu forte, un vaste espace aux inspirations industrielles, blanc, noir, métallique et froid... comme les vendeurs qui risqueraient, semble-t-il, de s'écorcher la bouche par un simple "bonjour". Quant au FAMEUX logiciel sur iPad sensé trouver les parfums qui vous conviennent, il est à prendre avec des pincettes (testé et pas approuvé pour un sous !) ; préférez plutôt vous rendre dans cette boutique lorsque vous savez ce que vous cherchez, ou bien pour aller y découvrir certaines marques difficiles à trouver ailleurs à Paris comme Lorenzo Villoresi par exemple. Pas la peine de vous y attarder bien longtemps, de flâner, car vous aurez l'impression d'encombrer l'espace et de déranger les vendeuses qui veulent TOUJOURS prendre le flacon qui se situe derrière vous !
Le parfum, c'est avant tout du contact, de l'histoire, un échange, et pas des statistiques sur tablettes tactiles !

 Alors si vous décidez quand même d'aller y faire un tour (et je vous y encourage !),rendez-vous ensuite, non loin de là, chez Arôma, et discutez avec le sympathique propriétaire. Vous verrez la différence : rien ne vaut le contact avec les gens !


~ ~ ~ Tendance Gardénia ~ ~ ~
Fini le Oud ? Peut être pas, certains y croient encore, et les retardataires sortent, à leur tour, le leur ! Cependant, il est clair que cette tendance s’essouffle, et comme toute tendance qui part, une nouvelle vient prendre sa place. Et le digne successeur de ce bois animalisé que l'on ne présente plus semble être une fleur pas moins exotique et de caractère, il semblerait que ce soit le gardénia !
Fleur blanche narcotique pas inconnue de la parfumerie, dense et lourde, qui joue sur des notes de tubéreuse, de poire cuite, d'épices et d'animalité suffocante et envoûtante, le gardénia a été mis, entre autres, à l'honneur en 2012 chez Serge Lutens avec Une Voie Noire, hommage à Billie Holiday, et dans le Boutonnière No7 d'Arquiste, qui le dédie audacieusement aux hommes. On sait aussi que quelques marques on récemment travaillé sur le sujet. A suivre, donc, en 2013, pour savoir si cette tendance émergente s'affirmera ou avortera !



~ ~ ~ Présentation du nouveau "Grand Féminin" chez Hermès ~ ~ ~
Ellena à bout de souffle ? Quand on sent un truc pareil et quand on connait les précédentes créations du maitre, forcément on devine a quel point Jour est un projet auquel il croyait et dans lequel il s'est investi. (#ironie)
Jean Claude Ellena se targue souvent, dans ses conférences et ses interview, d'avoir le champ libre à 100% dans ses créations pour Hermès, allant jusqu'à imposer lui même les noms des parfums. Avec Jour (et l'Ambre des Merveilles), on est en possession d'un beau contre-exemple !
Tout sonne faux dans ce parfum. Un floral vague, indéfinissable, et fruité pour toucher aussi bien la jeune femme hype que sa mère, grande bourgeoise et adepte de la marque. Ben oui, c'est ce qui plait ! La maison Hermès n'est pas folle vous savez, elle veut frapper fort et sortir un Terre au féminin, et pour ne pas se mouiller, quoi de plus simple que de prendre la tendance et d'y enlever ce qui rend toutes les sorties actuelles dégueulasses : le sucre !
Bonne idée, MAIS... Mais peut être ne faut-il pas déglucoser intégralement un parfum pour se démarquer ! Car on est en possession d'un bel exemple, ici, de l'insipide floral-fruité, complètement inintéressant, voire même dissonant. Allez, même sous la contrainte, Jean Claude Ellena aura essayé de placer sa poire dont il nous parle tant dans son Journal d'un Parfumeur. Bon, ben personnellement, j'arrive à un point où la "suggestion" ne vaut pas le "concret". Une poire si délavée et fadasse, c'est pas possible. Ça manque de jus, ça manque d'âme, ça manque de vie... Personnellement, je préfère redécouvrir l'élégante originalité de l'Eau de Gentiane Blanche, du temps du Grand Ellena, avant ce Jour qui sonne plutôt comme la fin d'une ère Ellena chez Hermès, comme si la boucle était bouclée.
"Jour", ou "le crépuscule d'une collaboration prolifique, remarquable et mémorable".


~ ~ ~ Piguet se lâche  ~ ~ ~
 Pas moins de 9 lancements en un an, ou "comment décrédibiliser une marque honorable et plutôt fragile". Robert Piguet est à la niche ce qu'est Rochas au mainstream : une marque qui vit sur ses classiques qui font figure d'icône, et qui lance des nouveauté sans y croire et de façon anarchique au risque de finalement tout perdre. Et si seulement les fragrances lancées avaient un minimum d'intérêt ! Oud, Casbah, Petit Fracas, Mademoiselle Piguet, Notes, Chai, Blossom, Jeunesse et le révulsant Bois Noir noient les beaux et grands classiques Fraca, Bandit, Baghari et Cravache dans un raz de marée de matières synthétiques aux notes dérangeantes, piquantes et tout sauf luxueuses pour une maison qui se veut haut de gamme.
Autant dire que ces matières de synthèse misent en flacon ne valent absolument pas leur prix et ressemblent, de loin, à un suicide !

(source : cafleurbon.com)


~ ~ ~ La Vie est dure...  ~ ~ ~
... pour les nez fins des perfumistas avertis depuis quelques temps.
Il n'y a pas un quai de métro, un wagon de train, une ruelle ou une salle de classe sans que l'on sente ce sillage toxique, collant et nucléaire qui encolle les narines. On pensait peut être avoir touché le fond avec les Jimmy Choo, Juicy Couture, Lady Million et autres FlowerBomb, mais il semblerait que d'autres creusent encore... Non pas pour trouver du pétrole, mais plutôt de l'éthyl maltol, tout aussi poisseux, tenace et collant, et tout aussi lucratif !
La blague ne s'arrête pas au beau mensonge des "belles matières naturelles" qui le composent en proportion inédite (7,5%, allez-y, vous pouvez rire !) elle va jusqu'à promettre une autre voie pour s'affranchir des diktats et des conventions. Quelle blague, Lancôme nous prend pour des demeurés et les gens aiment ça. Ça marche du feu de Dieu !

A voir absolument, cette vidéo où Anne Flippo, Olivier Polges et Dominique Ropion, débordants d'enthousiasme, nous parlent de leur bébé (ne vous inquiétez pas, on vous adore toujours malgré ça, continuez à nous faire rêver, ailleurs que chez Lancôme !)


-----------------------------------------------------------

Bien sûr, faire le tour de tous les évènements parfumés de l'année qui vient de s'achever prendrait un temps fou, c'est pourquoi je me suis attardé sur les évènements les plus marquants.
J'ai probablement oublié beaucoup de choses, c'est pourquoi je rajouterais dans cette liste non exhaustive le lancement de la très belle et prometteuse gamme de parfums de la bijoutière Ann Gérard, l'annonce de la résurrection des parfums Corday, mais aussi l'édition, à titre posthume, de la magnifique interprétation de la Rose Etoile de Hollande, mise en flacon par la magnifique et talentueuse Mona di Orio, disparue il y a un an. 2012 aura aussi l'année des 100 ans de l'un des plus illustres parfums Guerlain, mais aussi de l'Histoire de la parfumerie Française : l'Heure Bleue.
Denyse Beaulieu, du blog Grain de Musc, nous aura dévoilé son livre "The Perfume Lover", bientôt traduit en français, et dans lequel elle parle notamment de son rôle d'inspiratrice du parfum Séville à l'Aube chez l'Artisan Parfumeur, une magnifique fleur d'oranger magistralement orchestrée par le prolifique Bertrand Duchaufour.
La maison Diptyque a, quant à elle, décidé de changer la présentation de ses flacons et d'opter pour l'ovale, emblème de la maison. Elle décide aussi ENFIN de lancer un parfum cohérent et très signé Diptyque qui s'inscrit parfaitement dans la gamme après diverses sorties oubliables et décevantes : Volutes, nouveau départ ou final en beauté d'une maison ?
Complètement à contre courant, comme toujours, et on adore ça, la rock'n roll Vero Kern nous a dévoilé son irrésistible et pétillant Mito (j'espère y revenir très vite dans un article), chypre vert floral rieur et plein de joie. Jouissif !
Cartier a lancé une nouvelle heure baptisée l'Heure Vertueuse, qui réinvente le vert en parfumerie, en le rendant tiède et infusé, ainsi qu'une version eau de toilette de Baisé Volé, et une audacieuse rose poivrée et boisée pour homme, Déclaration d'un Soir.
Thierry Mugler nous a offert un énième flanker d'Alien, mais pas des moindres : une version Essence Absolue, caramélisée à souhait, tout simplement divine et parfaitement maitrisée par Dominique Ropion.

Et vous, que retiendrez-vous de cette année mouvementée ?

12 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec bon nombre de points de cette review.

    Autant ne pas évoquer les évidences (La Vie est Belle, Madonna Vs. Lady Gaga, Déclaration d'un soir, Volutes, ...) pour passer directement à l'essentiel.

    Le service client Nose est désastreux. On y est reçu avec un détachement et même un dédain qui frise l'insupportable, lorsqu'on sait que la volonté des créateurs est justement de pousser les clients à découvrir de belles créations... On ne peut s'empêcher de penser qu'il s'agit en réalité d'une stratégie habile pour mettre en lumière leurs propres marques...
    Cependant, je trouve l'idée des statistiques plutôt intéressant pour guider ceux qui ne sauraient pas retrouver eux-même des parfums de niche proches de leurs mainstream préférés. Rien ne nous oblige à utiliser cet outil.

    Tout à fait d'accord, également, sur le cas Piguet. Ne connaissant cette marque que de réputation, j'ai essayé toute la gamme (grâce au vendeur très agréable de la scent room du Printemps). J'ai craqué sur plusieurs, tous issus de la collection "historique"... Les récents n'ayant pas beaucoup d'âme.

    Je ne suis pas tout à fait d'accord à propos de Jour. Si je reconnais qu'il n'est pas du tout une création inoubliable (à croire qu'Hermès réserve désormais ce genre de lancements à la collection Hermessence), j'apprécie pourtant ce jus. Il m'apaise, me charme et m'accompagne tout au long de la journée, en évoluant pour me donner plusieurs émotions très positives. Cependant, je ne pense pas qu'il deviendra un jour mon propre sillage, à long terme j'entends.

    Bonne année à toi et merci pour ce blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis content de voir que tu nous rejoins, moi et des amis perfumistas avec qui nous nous sommes rendus plusieurs fois chez Nose, au sujet de cette boutique.

      Merci pour ton commentaire, et très bonne année parfumée ! :)

      Supprimer
  2. Assez d'accord sur le dédain d ela boutique de Nose j'en ai fait les frais également, c'est dommage j'adore ce quartier où j'y ai passé tant de temps.C'est pas parce qu'on vise une clientèle un peu hype un peu hypster qu'on est obligé d'être méprisant. (et de se mettre une bonne partie de la blogosphère à dos en prime).
    Quant à l'appi ipad je n'y crois aps non plus, il 'y a pas que les notes qu'on aime qui nous guident vers un parfum mais aussi ce qu'il dégage, l'émotion qu'il procure.. bref toutes un tas de choses qu'un ordi ne peut pas comprendre.
    Quant au reste, la vie es belle, piguet tout tout ça je plussoie evidemment.

    Sophie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton point de vue, Sophie, qui renforce le ressenti de beaucoup de monde à propos de Nose, apparemment. D'ailleurs, s'ils nous lisent, on leur fait un petit coucou, et on peut leur dire que nous ne sommes pas rancuniers, si jamais ils décident de changer leur comportement, on reviendra avec plaisir leur rendre visite ! :)

      Très belle année 2013, parfumée d'Heure Bleue, de Bijou Romantique et de Musc Ravageur, ma belle !

      Supprimer
  3. Cher Musque Moi, bravo pour cet article, il est bien mené et tellement vrai !
    Je le partage sur le champ !
    Bonne année à ton joli blog !

    Clémence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Clémence ! Je suis ravi que cette rétrospective te plaise !
      Bonne année à ton blog également.

      A bientôt !

      Supprimer
  4. Vive la résurrection des parfums Patou!
    Vive les perles et les daubes en 2013 (il y'en aura!). Soyons optimistes.
    Vive la liberté créatrice !
    Vive aussi Madonna (grande pretresse du parfum; on sait tous ça . Mais elle a su trouver certains mots justes ;)

    Vive les amoureux des parfums!
    Et vive Musque-moi!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et "vive l'odorat" comme dirait un autre blogueur qu'on adore ! :)

      Et oui, vive les merdes qui vont sortir, sinon la vie serait bien morne ! Mais bon, ce qui fait peur, c'est qu'il y en a un peu beaucoup trop par an, des merdes en flacon.

      Supprimer
  5. Vive le lancement de Musque Moi, que je prends vraiment beaucoup de plaisir à lire. à chaque fois! (Et quel nom bien trouvé!)

    Et tant pis pour les petits ratés de 2012, on ne va pas se laisser abattre par ça quand même! 2013 va être bien mieux et puis c'est tout!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ce nom... j'en suis assez fier mais je ne me rappelle plus qui avait eu l'idée de reprendre le titre de mon article sur Musc Ravageur pour en faire le nom d'un blog !!! ;)

      Supprimer
  6. Merci pour cette excellente synthèse, bien écrite et pertinente. Je n'ai toujours pas senti " Jour ", s'il annonce une fin de règne c'est bien dommage, quant au ténébreux et aristocratique " Déclaration d'un Soir " je suis heureuse de le retrouver ici. Nose je ne comptais pas vraiment y aller, là je n'irai carrément pas.
    Bonne Année à vous, très en retard navrée et belle continuation à votre blog !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je réponds, moi aussi, très en retard, mais il n'est jamais trop tard pour souhaiter une très bonne année !
      Merci de votre fidélité Dominique, et de vos commentaires toujours bienvenus.

      Supprimer